Découvrez l’actualité de Res'Art et ses artisanes , leurs participations aux salons nationales et internationales.

Le réseau des artisanes Res’Art était représenté par Djamila Bekkour qui avait bénéficié de formation et de collaboration dans le cadre des projets mis en place avec la délégation de l’union européenne, notamment dans le cadre de la caravane Femmes et environnement en 2017.

Djamila avait mis en application son apprentissage suite à sa participation en créant TaberkouTh, elle a aussi collaboré et coordonné plusieurs expositions avec les artisanes du réseau et l’Agence Nationale des déchets REVADE.

Djamila nous initie à l’art au service de l’environnement en recyclant des capsules de café. Des femmes qui portent la nature et qui la préservent en créant écoresponsable.

Elle a également partagé avec nous ces coups de cœur, des artisanes présentant vannerie et produits provenant du palmier.

Le mois du patrimoine, nous permet de connaître la diversité du patrimoine algérien, selon la localisation et la géographie du territoire, il représente un savoir-faire, une architecture, beau et ingénieux. Dans cette production participent des femmes et des hommes, nous mettons en lumière la participation des femmes à la culture et à la préservation du patrimoine algérien. Un riche patrimoine artisanal féminin existe, les artisanes sont nombreuses par leur travail de borderie, de tissages, de coutures, poterie, vannerie qui méritent tous les soins et la valeur qui leurs est dû.

Fatma Kaabache

Le tissage le plus célèbre en Algérie est celui de Babar à djebel Ammour dans la wilaya de Laghouat, il est réputé pour son style “simple et épuré “, il se décline sous plusieurs modèles de couleurs naturels, et de motifs représentant les tribus locales.
Fatma Kaabache est présidente de l’association des tisseuses qu’elle a constitué avec ses filles et qui œuvre pour la sauvegarde du savoir-faire féminin des tisseuses de Laghouat, Elle a exposé le tapis de sa région dans plusieurs wilayas malgré toutes les difficultés, cherté de la laine, transport inexistant de chez elle à la station de bus, son âge et sa maladie.
Son travail consiste à transmettre les couleurs, les images et les reproductions ancestrales, elle continue à le faire à travers le lavage, cardage, teinte et filage de la laine tout en se mettant au goût des exigences des clients, petits modèles, en sac et sac à dos.

Le tissage n’est pas une mince affaire, mais elles continuent toutes a porter ce savoir faire malgré toutes les difficultés. Un patrimoine qui existe par et pour nous.

Le mois du patrimoine, nous permet de connaître la diversité du patrimoine algérien, selon la localisation et la géographie du territoire, il représente un savoir-faire, une architecture, beau et ingénieux. Dans cette production participent des femmes et des hommes, nous mettons en lumière la participation des femmes à la culture et à la préservation du patrimoine algérien. Un riche patrimoine artisanal féminin existe, les artisanes sont nombreuses par leur travail de borderie, de tissages, de coutures, poterie, vannerie qui méritent tous les soins et la valeur qui leurs est dû.

Chorale avec l’orchestre Chaâbi de Montréal

Karima Bougherara, nous raconte sa passion : ” Ma relation avec la musique remonte au début des années 2000 en Algérie. Mes débuts sont en liens avec l’événement de l’année de l’Algérie en France 2003 où j’ai eu le mandat de recenser les groupes de musique traditionnelle. Dans ce cadre j’ai eu l’immense plaisir de découvrir la grande richesse de notre patrimoine artistique, une musique exceptionnelle inscrite dans notre ADN ! Et depuis je me suis donnée comme mission de la faire connaître et de la partager au-delà des frontières de l’Algérie.

Mes débuts ont été marqués par la collaboration avec de nombreuses compagnies et associations artistiques (33Tours, Audio-Concept, OREF, Nuits Métis, AARC) et la découverte d’artistes d’exception (El Ferda, Essed, Zeffanates, Kheira Belekhal Nailiates de Tindouf, Diwan Dzair, Ahellil…).

j’ai pu réaliser la moitié de mon rêve en créant ma boite de production Gosbat Music (Gosbat nom du Village de mon père au Aurès) hommage à ma terre et mes ancêtres grâce à eux je suis ce que je suis. Si je peux faire voyager cette musique aussi loin possible”.

×