“Femmes, ruralité et diversité de territoire” Nassima, Nacera, Meriem et Rekia (4)

Rekia, 52 ans,

agricultrice

Rekia quant à elle habite à 50 km de la capitale, a 52 ans, est née dans une famille qui travaille la terre et possède des vergers, elle a décidé de s’occuper de la forêt familiale. Cette forêt subit des incendies depuis la décennie noire (relative au terrorisme en Algérie) et bien que ses frères lui disent que c’est peine perdue car chaque année les incendies détruisent tout ce qu’elle a entrepris, elle continue inlassablement dans ce dur labeur.

Rekia après avoir terminé ses études en marketing, s’est consacrée corps et âme à ce lieu, elle dit :

« c’était le paradis sur terre, tout poussait, l’eau était présente, maintenant c’est la sécheresse et le soutien pour mettre en place des bassins n’est toujours pas arrivé ».

Elle a créé une association pour militer pour la réforme et la préservation des zones rurales de la Mitidja, c’est une décision bien difficile pour ne pas dire impossible ne pouvant y être présente en permanence car n’y vivant pas pour des raisons de sécurité.