Karima Bougherara

Est-ce que tu peux nous présenter Karima ?

C’est difficile de parler de moi, je suis quelqu’un de très passionné dans tout ce que je fais dans mes métiers ou ma vie. Je suis une maman d’une magnifique Fille ‘’Tinhinan’’, j’ai eu l’occasion de faire plusieurs métiers, Agent d’artistes, organisatrice de spectacles, chauffeur d’autobus, présidente de la boite de production ‘’Gosbat Music’’, éducatrice dans une école primaire.

Et quel est la relation de Karima avec l’art et surtout la musique? quand est-ce cette aventure a commencé ?

Ma relation remonte au début des années 2000 en Algérie. Mes débuts sont en lien avec l’événement de l’année de l’Algérie en France 2003 où j’ai eu le mandat de recenser les groupes de musique traditionnelle. Dans ce cadre j’ai eu l’immense plaisir de découvrir la grande richesse de notre patrimoine artistique, une musique exceptionnelle inscrite dans notre ADN ! Et depuis je me suis donnée comme mission de la faire connaître et de la partager au-delà des frontières de l’Algérie.

Mes débuts ont été marqués par la collaboration avec de nombreuses compagnies et associations artistiques (33Tours, Audio-Concept, OREF, Nuits Métis, AARC) et la découverte d’artistes d’exception (El Ferda, Essed, Zeffanates, Kheira Belekhal Nailiates de Tindouf, Diwan Dzair, Ahellil…).

Comment Karima a travaillé et fait la promotion de la musique Algérienne quand elle s’est établit au Canada? et qu’est-ce qu’il ‘a motivé?

En 2007, j’ai posé mes valises au Québec. Riche de mon expérience artistique, j’ai poursuivi mon parcours dans mon pays d’accueil où j’ai œuvré pour faire connaître la musique de l’autre rive, à travers l’organisation de spectacle d’artistes (Nabil Bali, Kheira Belekhal, Sid Bémol, Les Amis de la Musique Andalous de Montréal, La Nuit du Chaâbi, Bargou08, Adlen Fergani), en partenariat avec le Festival du Monde Arabe de Montréal (FMA), Les Orientalys et le Festival International Nuits d’Afrique de Montréal.

Chorale avec l’orchestre Chaâbi de Montréal

Pourquoi Karima est dans un ensemble Chaâbi?

J’ai toujours aimé le Chaâbi et pas eu l’occasion d’être dans ce milieu en Algérie. Grâce à des amis musiciens j’ai pu assister à des soirées privées très masculines et ils m’ont proposé de faire la chorale dans l’orchestre, c’est vraiment un plaisir beaucoup d’amitié et de découvert de cette musique

Quel est le rêve de Karima ? Pour cette culture musicale qu’elle aime et dont elle a fait la promotion au Canada

La moitié de mon rêve j’ai pu le réaliser en créant ma boite de production Gosbat Music (Gosbat nom du Village de mon père au Aurès) hommage à ma terre et mes ancêtres grâce à eux je suis ce que je suis.

Si je peux faire voyager cette musique aussi loin possible.