Séminaire Final du projet renforcement des femmes rurales artisanes « Takwin wa Tamkin »

Dans le cadre du programme PAP ENPARD, le projet Tamkin wa Takwin réalisait par les deux partenaires “Femmes en Communication” et “Citoyens de la terre” en s’appuyant sur le réseau des femmes artisanes “Res’Art”. En finalisant ces activités, par la mise en place de son séminaire final le 26 février 2020.

Ce dernier s’est déroulé à L’Institut National de Recherche Agronomique d’Algérie (INRAA) El Harrache, à Alger, en présence :

  • des bénéficiaires du projet,
  • des acteurs du programme,
  • les représentants de la délégation de l’Union européenne,
  • l’Agence Technique d’aide et de mise en place du programme PAP ENPARD,
  • le directeur de l’INRAA
  • et les invités des différents acteurs associatifs et autres membres d’institutions.

Nous avons pu avoir aussi nos partenaires :

  • Marocaines, le réseau des femmes artisanes marocaines (REFAM),
  • Tunisiennes des femmes rurales tunisiennes
  • et Français de Citoyens de la Terre, et qui ont bénéficié et participé à la réalisation et la mise en place du projet.

Nous avons invité toutes les associations bénéficiaires et les artisanes, qui à elles seules constituaient plus de 80% de l’assemblée, ce qui est une véritable prouesse, compte tenu de leur provenances géographiques et des entraves habituellement liées à la libre circulation des femmes rurales. Nous avons sur place organisé une exposition de leurs produits, et notamment ceux qu’elles ont créé dans le cadre du projet.

Le séminaire s’est déroulé à la salle de conférence de l’INRRA, où nous avons présenté avec les bénéficiaires tout ce que nous avons appris au cours de ce projet Takwin wa Tamkin, et l’échange humains que nous avons réussi à faire grâce aux artisanes et à leur véritable capacité de travail en réseau.

Le déroulement de la matinée c’est fait sur trois points : la mise en valeur des formations, en donnant notamment la parole aux formatrices, en vidéo pour celles qui ne pouvaient être parmi nous et en présentiel pour les autres. Plus de neuf formations ont été dispensées, et plus de 400 bénéficiaires ont pu avoir d’une à sept formations en fonction de leur niveau, de leur capacité de mobilité ou de leur implication personnelle.

Ensuite nous avons eu l’intervention de nos partenaires sur les trois « E-ductours » qui ont été réalisés avec les bénéficiaires lors de la deuxième année du projet : un au Maroc, un en Tunisie et un en France. Les artisanes bénéficiaires ont également témoigné sur les différents échanges effectués. Dix-sept artisanes ont bénéficié de ces échanges à l’international ainsi qu’une dizaine d’associations algériennes, tunisiennes et marocaines. Ces échanges ont permis à chacun de voir et de comprendre les réalités et stratégie de développement de l’artisanat dans chaque territoire. Les femmes artisanes ont pu constater que même si les réalités diffèrent d’un pays à l’autre, elles ont les mêmes difficultés, mais que leur travail apporte autant de valeurs, d’espoir et de ressources sur leur territoire. L’artisanat est à la fois un véritable secteur économique s’il a la possibilité d’être développé avec sérieux et un soutien institutionnel, il fait parti du patrimoine de l’humanité et de chaque terroir qu’il faut tenter de préserver pour la diversité des cultures, et enfin il est un outil technique indéniable, qui permet des produits de valeur authentiques et durables.

Voici quelques témoignages lors du séminaire :

Le PAP Empard n’est pas seulement la question de l’agriculture mais coordination de tous les secteurs dont l’artisanat, qu’à très bien représenté FEC.

Souad Assous coordinatrice du programme.

Et pour intelligence collective voici le regard de nos partenaire Citoyen de la terre. Avec un petit aperçu de son intervention :

Axel Frick : « En quelques mots le sens du projet Tamkin wa Takwin pour Citoyens de la Terre est : le renforcement de la femme rurale et artisane est un facteur clef de développement humain c’est à dire social, économique, culturel, écologique et territorial en Algérie. Mais il ne faut pas abandonner les hommes pour autant (humour)…ils ont besoin d’évoluer avec les femmes pour que tout le monde avance ensemble ! Notre rôle en tant que co-demandeur doit être présenté avec une certaine humilité car la majorité des actions sur le terrain ont été réalisées en Algérie par « Femmes en Communication » :

Notre rôle fut principalement de :
1- Apporter des expériences, des outils d’accompagnement (pédagogie, méthodologie) autour de l’entrepreneuriat solidaire (artisanat, agriculture reliés au tourisme) et de l’intelligence territoriale. Au travers de missions de terrain en Algérie, d’un Eductour – formation de terrain en France à la rencontre d’acteurs de l’économie sociale et solidaire.

2- Mettre en synergie les expériences algériennes avec des partenaires au Maghreb et en France dans une dynamique de coopération Méditerranéenne. Notre chemin collectif a été parsemé d’obstacles à surmonter, mais la présence de tous les participants à ce séminaire final montre que ces obstacles ont été globalement dépassés.

Axel Frick concluera en disant : « Je veux ici mettre en valeur la persévérance et l’engagement de Femmes en Communication ainsi que toutes les femmes rurales et artisanes qui développent leurs activités en surmontant de grands défis ».

Il a fini en remerciant les partenaires du programme PAP ENPARD, la délégation de l’Union Européenne en Algérie, le ministère de l’Agriculture et de la Forêt qui accordent leur confiance aux acteurs du monde associatif et de l’économie sociale et solidaire, à l’Institut de Recherche Agronomique qui nous a accueilli pour ce séminaire final.

Fawzia Talout Meknassi présidente du réseau des femmes artisanes du Maroc pour elle : Dar Maalma est l’inspiration d’ une femme respectée et éduquée et c’est chez elle qu’on envoyé les filles des bonnes familles pour qu’elle les éduque. Donc les filles se sont identifiés au nom Dar Maalma. Avec Res’Art le reséau des femmes artisanes algérienne il y a une complémentarité, les mêmes contraintes, mêmes besoins à Dar Maalma Marrakech, la visite du café des femmes Ait Ben Haddou a été très bénéfiques et a généré beaucoup de revenus aux femmes. Pour l’échange des deux réseau sur le Tapis. La structure de Fatima El Mernissi à Taznakhet(féminisme et Islam) était essentiel pour la préservation et le savoir faire féminin ainsi que leur contribution économique dans la société.

Concernant l’association Femmes En Communication pour elle la réalisation de ce projet est un aboutissement de 17 ans de travail avec le réseau des femmes artisanes Res’Art , qui a pu relier des femmes venant de différentes zones rurales ou citadines pour travailler et collaborer ensemble sur le patrimoine artisanal, qu’elles soient de n’importe quel milieu, il est juste important de valoriser cette apport, d’aider les artisanes à produire entre tradition et modernité et de laisser une empreinte de leur temps comme l’ont fait leur prédécesseurs.

L’exposition des divers produits :  tapis, poterie, vannerie et de produits du terroir, leur a permis de se rencontrer et d’échanger savoir et savoir-faire. Les différentes régions touchées par le programme PAP ENARD ont pu se rencontrer lors de ce séminaire et de cette exposition finale, dont les projets des régions de Skikda, Bedjaia, Tizi Ouzou, Tipaza, Timimoun, Ain Timouchent, Tlemcen, Laghouat et Alger. Les échanges riches qui ont pu avoir lieu tout au long de ces 2 années de projets ont composé une belle mosaïque de fin de projet réalisé avec l’aide du programme PAP-Enpard, ainsi que les flux des échanges et de réflexion autour de l’intelligence territoriale et la mise en réseau si importante dans un pays aussi vaste et hétéroclite que l’Algérie.

  • Des vidéos sur les formations et les Eductours ont été diffusé, tous les films sont disponibles sur notre chaine Youtube
  • Vous trouverez sur le site de Res’Art des informations sur les différents événements majeurs que nous avons réalisés dans le projet et présentés lors du séminaire final
  • Afin de laisser une trace et une visibilité du travail accompli, nous avons élaboré un guide vous permettant de trouver et de connaitre les principales artisanes membres de Res’Art ayant été formées et accompagnées dans le cadre du projet « Takwin wa tamkin ». Lors du séminaire final, nous avons fait une présentation du guide, il sera distribué en papier et en ligne à partir de juin 2020 sur note site :

Lors du séminaire avons aussi offert des verres en terre Res’Art afin de prendre le café ou du thé pour les personnes présentes, et ce à la demande des artisanes, car elles souhaitaient faire une valeur ajoutée du produit artisanal pour l’environnement. Il s’agit non seulement d’une valorisation du travail des artisanes et à la fois la réalisation d’un des objectifs du développement durable de consommer de façon responsable en protégeant l’environnement et les écosystèmes des déchets plastiques. Les verres ont été réalisés par l’association des femmes potières de Bidèr.

Nous avons terminé le séminaire avec toutes les artisanes autour d’une soirée festive pour qu’elles se rencontrent et échangent autour d’un moment convivial. Cet évènement leur a permis de profiter d’une soirée sur Alger dans un espaces chaleureux autour d’un repas et de chansons qu’elles ont partagé. Un moment de détente et de bien-être, sans contrainte, si rare dans le quotidien des femmes artisanes rurales algériennes.

Les recommandations sont nombreuses , les plus essentiels c’est le travail en partenariat avec les institutionnels, et la valorisation du travail des femmes rurales et leur structuration en réseau.

  • Préparation du séminaire final avec les femmes rurales de Laghaout Oeud Mzi
  • Présentation des ateliers
  • Présentation du guide
  • Intervention du directeur de l’INRAA
  • Photo Final

Leave a Reply

×